Layla Curtis

Layla Curtis est artiste. Son travail porte sur la façon dont le monde s’organise, se classe et du rapport de familiarité et d’étrangeté, de sécurité et d’insécurité qu’instaure cette représentation. Elle produit des dessins, des collages, des photos, des vidéos, des installations où la cartographie occupe une place centrale dans l’expression d’un rapport au monde à la fois normé et distordu.
[http://www.laylacurtis.com/]

Message in a Bottle, 2004

Layla Curtis, Message in a Bottle, GPS bottles Source : [http://www.laylacurtis.com/bottle/research.htm]

Layla Curtis, Message in a Bottle, GPS bottles
Source : [http://www.laylacurtis.com/bottle/research.htm]

Pour Message In The Bottle Layla Curtis a lancé 50 bouteilles à la mer, près des côtes sud-est de l’Angleterre dans le Kent. La destination prévue des bouteilles sont les îles Chatham, situées à 800 km à l’est de la Nouvelle Zélande, dans l’océan Pacifique, régions habitées les plus proches du point précis situé à l’opposé du Ramsgate Maritime Museum su le globe. Parmi ces bouteilles, 5 sont équipées d’une unité GPS et sont programmées pour envoyer, leurs coordonnées de latitude et de longitude toutes les heures vers Ramsgate. Ces données sont utilisées pour créer un tracé temps-réel de leur progression. Chaque autre bouteille contient un message rédigé par un enfant de l’école primaire locale, adressé aux habitants des îles Chatham, ainsi qu’un message d’instructions demandant à celui que trouve la bouteille de la signaler sur un site web avant de rejeter la bouteille pour qu’elle continue son voyage. Cette expérience a été retranscrite dans une exposition qui comprenait une projection du tracé GPS des bouteilles, une vitrine contenant une bouteille et une copie des instructions, et des cartes nautiques de Ramsgate et des Îles Chatham.
Ce travail est le résultat d’une résidence de l’artiste au Musée Maritime de Ramsgate où deux inscriptions révèlent une mise en tension entre le global et le local, fondatrice du travail de Layla Curtis dans ce contexte précis. La première, située au dessus de l’entrée du musée, indique que l’heure de Ramsgate est en avance sur celle de Greenwich de 5 minutes et 41 secondes. Ce simple constat permet de mettre en évidence l’écart qui s’est peu à peu creusé dans la perception temporelle entre une lecture locale et une lecture globale. À la fin du XIXè siècle en effet, le développement rapide des chemins de fers a nécessité l’instauration d’une heure nationale standard qui s’est rapidement imposée. La deuxième est la ligne tracée sur le sol du musée qui indique qu’il se trouve à 1°25.4′ à l’est du méridien de Greenwich. Cette ligne, en ancrant le local dans un système global de mesure, projette du même coup sa relation avec le lointain. La destination des îles Chatham ne renvoie pas seulement à un ailleurs calculé de façon arithmétique. L’histoire, dans ce cas précis, retourne l’espace sur lui-même. Car les Îles Chatham, avant d’être ainsi nommées, étaient déjà habitées et connues sous le nom de « Rehoku ». C’est un marin anglais, le Capitaine Broughton qui les “redécouvrant”, les renomma du nom de son bateau qui avait été construit à Douvres…dans le Kent.
En jetant ses bouteilles à la mer, Layla Curtis matérialise à la fois son propre voyage mental, la relation spatio-temporelle entre ces deux espaces, et l’enchevêtrement du global et du local dans le repli sur eux-mêmes du proche et du lointain.
Ces bouteilles et leurs messages, n’arriveront d’ailleurs sans doute jamais à destination car le projet n’est pas là mais dans le repli temporel qui se mesure aussi à l’aune d’un dispositif qui articule un dialogue entre le passé et le présent de la communication, la perte géographique et la perte du message, une réflexion sur l’ontologie d’un outil de navigation qui ne sert qu’à tracer sa propre perte.

Expositions

Droit House, the Visitor Centre for Turner Contemporary, Stone Pier, 27 mai – 4 Juillet 2004, Margate.
[http://www.laylacurtis.com/bottle/exhibition.htm]
Textes et documents de référence
MILLAR Jeremy, Message in the Bottle. From Ramsgate to the Chatham Islands, Exhibition leaflet to accompany exhibition at Droit House, 2004.
[http://www.laylacurtis.com/bottle/jeremyessay.htm]

Polar Wandering, 2006

Layla Curtis, Polar Wandering, Internet Based Interactive Drawing, 2006 
Source : [http://www.laylacurtis.com/work/display/5-mixed_media]
Layla Curtis, Polar Wandering, Internet Based Interactive Drawing, 2006
Source : [http://www.laylacurtis.com/work/display/5-mixed_media]

Polar Wandering est le résultat d’un processus d’exploration psychogéographique pendant trois mois d’un voyage dont l’itinéraire traverse Madrid, Santiago, les Îles Falkland, les îles proches de l’Antartique et l’Antartique. Il se présente sous la forme d’un dessin interactif, accessible depuis un site web, qui rend compte de son voyage par une ligne continue obtenue à partir de l’enregistrement de données GPS sur laquelle se superposent des photos, vidéo, sons et textes.
Projet développé en collaboration avec Locus + et mené dans le cadre de la résidence Artists and Writers Programme, Antarctica soutenu par the British Antarctic Survey and Arts Council England sous l’égide du ACE’s International Fellowship.

Post a comment

You may use the following HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>