Tagged: RIXC

Workshop “Locative Media”, RIXC, juillet 2003

Premier workshop qui fait clairement état de l’intention d’explorer les dimensions artistiques des Locative Media organisé, du 16 au 26 juillet 2003, par le RIXC (1), centre de culture des nouveaux médias situé à Riga en Lettonie. Il faisait partie de la programmation du festival Art+Communication 2003, organisé par le RIXC sur le thème « media architecture » qui interrogeait les applications possibles des dynamiques sociales des réseaux numériques dans la création d’espaces physiques ouverts, la notion d’espace hybride et l’influence des réseaux cartographiques et de la connexion sans fil sur les notions de temps, d’espace et d’organisation sociale.
Il s’est déroulé dans le quartier de Karosta à quelques kilomètres de la grande ville de Liepaja, en Lettonie. La morphologie de Karosta, initialement construite sur ordre du tsar Alexandre III pour développer Liepaja, est issue des intérêts militaires qui ont influencé son développement tout au long du XXè siècle. Base militaire soviétique très importante à partir de la fin de la seconde guerre mondiale, Liepaja devient la plus grande ville fermée de Lettonie après l’expulsion de ses habitants civils et l’arrêt des activités du port commercial. Le quartier est définitivement abandonné par l’armée soviétique en 1994, après l’indépendance lettone laissant derrière elle environ 7000 habitants apatrides, porteurs de vieux passeports russes ou lettons, qui vivent aujourd’hui dans une ville partiellement en ruines. Actuellement en cours de réhabilitation, Karosta est devenu un lieu important de l’histoire et de la culture nationale qui abrite notamment le centre culturel K@2 qui a hébergé le workshop Locative Media.
Ce workshop peut aujourd’hui être considéré comme l’événement fondateur des Locative Media Arts à bien des égards. Dans sa dimension historique tout d’abord, en tant qu’objet pionnier de l’expérimentation artistique des médias de géolocalisation, mais aussi et surtout dans sa dimension conceptuelle par laquelle il pose les bases des enjeux et questionnements esthétiques, sociaux et techniques de ce que ce champ désigne et embrasse aujourd’hui.