Pete Gomes

Le travail de Pete Gomes est intrinsèquement lié à l’émergence et au développement de l’internet et de l’ordinateur individuel. Il s’est constitué parallèlement au développement du net.art et des arts numériques et en suit la trajectoire et l’esthétique dans leur réflexion progressive sur les potentiels artistiques des technologies émergentes.
Il a fondé Mutantfilm, une société de production indépendante, en 1997.
[http://www.mutantfilm.com/]

Here, Here and Here, 2002

Pete Gomes, Here, here and here, vue de la performance, ICA, 2002. 
Source : [http://www.mutantfilm.com/node/8]
Pete Gomes, Here, here and here, vue de la performance, ICA, 2002.
Source : [http://www.mutantfilm.com/node/8]

Here, here and here est une performance d’une heure pendant laquelle Pete Gomes a dessiné à la craie la copie d’écran de son récepteur GPS devant le seuil de l’Institut d’Art Contemporain de Londres, transposant ainsi sur le sol une information numérique qui met en abîme la situation géographique du bâtiment. Les heures, minutes et secondes sur l’écran du GPS ont été les dernières choses à avoir été écrites et ont conclu la performance.
La performance a été enregistrée en format DV.

Location, location, location, 2004

Pete Gomes, Location, location, location, image extraite de la video, 2004.  
Source : [http://www.mutantfilm.com/node/31]
Pete Gomes, Location, location, location, image extraite de la video, 2004.
Source : [http://www.mutantfilm.com/node/31]

Pour Location, location, location, Pete Gomes a dessiné à la craie pendant 7 heures, sur le trajet d’environ 1 km qui le séparait de la Galerie Event Network (à partie de la station de métro Bethnal Green), les informations que lui donnait son récepteur GPS sur le sol et les murs de la ville. Ses dessins situent des points de repères anecdotiques, trace les limites immatérielles du système de positionnement géographique dans l’environnement urbain. Cette performance ouvre sur un questionnement plus qu’elle n’apporte des réponses. Elle ne fait pas l’apologie des technologies de géolocalisation mais constate les échappées conceptuelles, les potentiels à venir de la façon dont l’expérience sensible de nos mouvements dans un paysage pourraient modifier notre présence, nos pensées, nos idées et nos sentiments.

Littoral Map, 2006

Pete Gomes, Littoral Map, Littoral Map Data, 2006.  
Source : [http://www.mutantfilm.com/node/36]
Pete Gomes, Littoral Map, Littoral Map Data, 2006.
Source : [http://www.mutantfilm.com/node/36]

Littoral Map consiste en la transposition de la représentation cartographique de la dernière forêt littorale du sud de Madagascar, dont l’existence est menacée par un projet d’exploitation minière, dans, et à l’extérieur du bâtiment qui abrite la galerie Plimsoll à Hobart en Tasmanie.
Le dessin est réalisé à l’échelle du bâtiment et transposé sur le plan du bâtiment, en utilisant le sol mais aussi les éléments architecturaux, à partir de la mise à l’échelle d’images satellites aériennes. Sur ce dessin à l’échelle, sont déterminés 20 ponts spécifiques qui sont ensuite mesurés par un GPS. Ces points, sont inscrits sur le dessin, accompagnés des coordonnées calculées par le GPS dans la Galerie. La carte fait alors coïncider et dialoguer des lieux à la fois présents et distants, et met en évidence l’urgence d’une situation qui met en danger l’un des patrimoines écologiques le plus importants de la planète et menace ses habitants et leur culture.

Post a comment

You may use the following HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>